Le point de non-retour – Angel Heart

L

Associé à un coup de théâtre, le point de non-retour de Angel Heart apporte une conclusion inoubliable 

Par définition, le point de non retour est le moment qui donne l’impression au lecteur, à l’auditeur ou au spectateur qu’un retour à la normale est impossible.

Il peut servir d’élément déclencheur au début du récit, comme dans Faust, lorsque le Docteur boit le philtre de jeunesse ou lorsque Tristan et Iseult tombent éperdument amoureux après avoir bu dans la même coupe. Le charme agit et il est impossible de revenir en arrière.

Il peut également être intéressant d’utiliser le point de non-retour dans le premier tiers du récit pour (re)lancer l’action. Dans Retour vers le Futur, le scénariste en a même fait le sujet de son récit. Lorsque sa machine à remonter le temps, une DeLorean trafiquée, atteint les 88 miles à l’heure, notre héros est projeté dans un passé dont il aura toutes les peines à revenir.

Parfois, les évènements sont plus suggérés qu’explicites. Lorsque le professeur Bishop fait entrer l’Alien dans le vaisseau, nous nous doutons qu’il a commis un acte irréversible. Mais la plupart du temps, les points de non-retour sont évidents, dans le cas de la mort d’un personnage par exemple.

Angel Heart

Lorsque le récit associe plusieurs techniques scénaristiques au point de non-retour, l’effet sur le lecteur est spectaculaire. C’est le cas d’Angel Heart.

L’histoire raconte l’enquête mystérieuse et angoissante d’un détective privé à New York en 1955, engagé par un certain Louis Cyphre pour retrouver la trace de Johnny Favorite, un ancien crooner qu’il avait contribué à lancer et dont il a perdu la trace… A la question dramatique initiale, qui est aussi l’objectif du personnage : parviendra-t-il à retrouver Johnny Favorite ?, s’ajoute une quête existentielle de plus en plus prenante, d’autant que le parcours du privé est jonché de cadavres sur fond de magie noire…

A la fin du récit, lorsque le détective parvient à atteindre son objectif, à résoudre l’énigme principale – identifier Johnny Favorite – mais aussi toutes les sous-intrigues dont celle de meurtres épouvantables, le coup de théâtre de la révélation est aussi un point de non retour métaphysique dont les liens avec Oedipe  renforcent encore l’impact.

Parvenue à ce point de non-retour, l’histoire ne peut plus continuer.

 

PS : ironiquement, le récit continue encore, le temps du générique de fin et se termine réellement sur la dernière image qui ne peut pas montrer ce qui n’est pas montrable.

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les outils narratifs

Articles récents

Tous les sujets

A propos de l’auteur

Nicolas Cauchy
Cliquez sur la photo pour en savoir plus

Abonnez-vous à ce blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.