La définition de l’objectif – Faust

L

Tous les professeurs en écriture de scénario s’accordent sur ce point : pour intéresser votre audience, vos personnages doivent avoir un objectif, sans lequel on aura du mal à s’intéresser à leur récit.

Quel que soit cet objectif qui dépendra de l’histoire que vous voulez raconter, il doit être compris sans ambiguïté. Sa révélation lance l’action et permet de d’ouvrir la question “le personnage arrivera-t-il à atteindre son objectif ?” et par là, créer du suspens. Exemples :

  • Ce soldat de la guerre du Vietnam parviendra-t-il a retrouver un colonel perdu en pleine jungle ? Suspens.
  • Ce jeune homme coincé dans le passé arrivera-t-il à revenir en 1984 ? Suspens

Plus vous serez clair sur cet objectif, mieux vous pourrez structurer votre récit.

Faust

La Damnation de Faust est, à ce titre une excellente illustration.

Faust a désormais défini son objectif

Voici comment l’objectif du protagoniste est présenté dans l’opéra de Gounod : le Docteur Faust est à sa table de travail et songe au suicide. Tout l’indiffère et il en appelle à Satan pour l’aider.

Le Diable apparaît et après quelques échanges, il lui pose sans ambiguïté la question:

Méphistophélès
Mais dis-moi d’abord
Ce que tu veux; — est-ce de l’or?

Le Ce que tu veux équivaut à une demande d’objectif, et, de manière à graduer le désir de Faust, le librettiste a mis dans la bouche du Diable plusieurs objectifs que le Docteur va repousser avec dédain:

Faust
Que ferais-je de la richesse?

Méphistophélès
Bien! je vois où le bât te blesse!
Tu veux la gloire?

Faust
Plus encor!

Méphistophélès
La puissance?

Voilà le bon Docteur poussé dans ses retranchements. Il va pouvoir exprimer sans ambiguïté son désir:

Faust
Non! je veux un trésor
Qui les contient tous!… je veux la jeunesse!

La jeunesse… Impossible pour nous de passer à côté. L’objectif sonne avec d’autant plus de puissance qu’il a été préparé avec évidence. Faust a exprimé un désir que le Diable va immédiatement exaucer… pour son malheur, bien sûr.

Pour écouter / voir l’extrait cité.

PS: le cas de Faust est cependant particulier dans la mesure où il atteint son objectif – la jeunesse – dès le début de l’histoire et, apparemment, sans difficulté – bon, il a quand même vendu son âme au Diable. Dans les récits plus linéaires, l’atteinte de l’objectif arrive au 2/3 du récit et après nombreuses péripéties. Dans Faust, c’est finalement l’atteinte de l’objectif qui est le début de l’histoire.

Vous écrivez? Je donne des cours d’écriture créative

3 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

De Nicolas

Les outils narratifs

Articles récents

Tous les sujets

A propos de l’auteur

Nicolas Cauchy
Cliquez sur la photo pour en savoir plus

Abonnez-vous à ce blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

%d blogueurs aiment cette page :