Les dessous du chic type

Pour être certain que ce livre, et donc ce billet, vous sont destinés, je vous invite à passer ce rapide test qui ne s’adresse qu’aux hommes. Si vous vous reconnaissez dans la plupart des points ci-dessous, alors, mauvaise nouvelle : vous êtes un chic type.

  • Vous avez le sentiment que donner aux autres vous fait vous sentir mieux.
  • Vous cherchez à résoudre les problèmes des autres ou arranger une situation sans qu’on vous le demande.
  • Vous cherchez l’approbation des autres et plus particulièrement des femmes.
  • Vous évitez les conflits.
  • Vous faites tout pour cacher vos défauts ou vos erreurs.
  • Vous cherchez systématiquement la meilleure manière de faire les choses, comme s’il existait une manière unique.
  • Vous préférez analyser plutôt que ressentir.
  • Vous souhaitez vous démarquer de votre père.
  • Vous êtes plus à l’aise avec les femmes que les hommes.
  • Vous avez du mal à faire passer vos propres besoins en premier de peur de passer pour un égoïste.
  • Vous n’êtes heureux que lorsque votre partenaire l’est.
Etes-vous un vrai faux M. Gentil ?

Alors ? Combien de « c’est moi » sur onze ? Normalement, si vous êtes un chic type, vous cochez presque toutes les cases, ce qui fait de vous un homme idéal, celui qui fait tout bien : généreux, attentif, vous évitez les conflits, les jugements, vous recherchez les consensus et voulez faire plaisir à tout le monde.

Mais il y a un mais.

En retour, vous attendez d’être aimé, compris, reconnu, heureux. Et comme, dans la plupart des cas, votre gentillesse faite de contournements, d’échafaudages et d’accords secrets ne paie pas à la mesure des efforts que vous faites pour être Mr. Nice Guy, vous devenez méchant, malhonnête, secret, manipulateur, qui donne pour recevoir, plein de rage, à la recherche de gens à problèmes, isolé, malheureux en amour, au succès relatif et surtout, surtout, victime d’une sexualité problématique… Car M. Gentil est avant tout un M. Frustré.

Résumé en quelques adjectifs, cette analyse peut sembler caricaturale, mais le livre ne l’est pas du tout, bien au contraire. Il s’appuie sur des exemples concrets, explore les mécanismes complexes de la gentillesse et s’intéresse à la place du masculin en tant que valeur dans notre société. Il met également en lumière les liens inconscients que Mr. Nice Guy continue d’entretenir avec sa mère et l’autorise à un égoïsme décomplexé en l’incitant à faire passer ses besoins avant ceux des autres sans que cela remette en cause tout son univers.

Trop gentil pour être heureux

 Trop gentil pour être heureux  paru dans l’excellente collection Petite Biblio Payot Psychologie. Robert A. Glover. Préface de Christophe André.

Livre acheté grâce à une mise en avant dans le rayon Développement Personnel de la librairie L’Armitière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *