Vous affichez un parcours sans faille ? Bravo ! Vous n’avez jamais rien tenté.

C’est en substance, ce que nous explique Tal Ben Shahar dans « L’apprentissage de l’imperfection », illustrant ses propos de plusieurs exemples de réussites flamboyantes passées par des flops monumentaux.

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

Après cette lecture et en regardant mon parcours, force m’a été de constater que je n’avais pas connu, moi non plus, d’échecs cuisants. Et donc, rien tenté de très audacieux.

Des déceptions, oui. Des ratés, des échecs. Mais rien de bien terrible.

Sauf en écriture.

J’ai publié plusieurs romans, des nouvelles policières, des albums pour la jeunesse ; je travaille dans l’édition depuis quinze ans. J’ai un solide réseau professionnel et je connais de nombreux éditeurs.

Et pourtant.

J’ai travaillé deux ans à mon nouveau roman, y consacrant toutes mes matinées, entre 5h et 8h, sans commande, sans conseils, sans motivation autre que le plaisir que j’y prends, sans aucune visibilité sur le résultat, sans assurance qu’il soit publié ni rémunération.

Pierre BOULEZ
Pierre BOULEZ

J’ai voulu raconter une histoire exigeante : la réunion de Pierre Boulez, chef d’orchestre et Patrice Chéreau, metteur en scène, autour de la production d’un opéra de Debussy : Pelléas et Mélisande. J’y ai mis beaucoup de moi, de mon admiration pour ces hommes extraordinaires et pour la musique.

Après plusieurs refus, le manuscrit a été porté, soutenu et présenté par une éditrice reconnue d’une grande maison littéraire pour être, finalement, refusé.

La déception est immense. Cette impression de rester sur le bas-côté de la littérature pendant que les autres continuent sans vous.

Mais au moins ai-je tenté.

Et peut-être, peut-être que si, dans le futur, je finissais par publier un nouveau roman, son succès serait-il proportionnel aux risques que j’ai pris en y consacrant le meilleur de moi-même.

A vaincre sans péril.

Le problème avec les perfectionnistes

Dans « Apprendre à être heureux », Tal Ben-Shahar se penche, entre autres sujets, sur la souffrance que génère un trop grand perfectionnisme et propose des solutions.

Les perfectionnistes remplacent la réalité qu’ils refusent par un univers fantasmatique où l’échec n’est pas concevable.

Ce déni de la réalité, le perfectionniste le paye très cher, car il conduit à l’angoisse : l’éventualité de l’échec est toujours là et il le sait, même s’il ne veut pas le voir.

« En fermant les yeux sur les contraintes du monde réel, le perfectionniste place la barre trop haut. Comment pourrait-il se sentir à la hauteur ? »

Mais alors comment faire pour garder cette exigence vis à vis de soi et des autres, sans en être l’esclave ?

Devenir optimaliste.

« L’optimaliste accepte l’échec comme expérience intîmement liée à la réussite, dont il ressort plus fort, plus résilient. »

Il s’adapte plus facilement au changement, souffre moins de crises d’angoisse, est plus heureux. Et son entourage aussi.  En ne repoussant pas les émotions négatives associées à l’échec, l’optimaliste évite ainsi de les exacerber.

Et vous ? Y a-t-il des domaines où vous montrez des tendances optimalistes ? D’autres où vous êtes plutôt un perfectionniste ?

Tal Ben-Shahar

Votre geste me touche beaucoup, mais si vous pouviez retirer votre main…

 La question du geste déplacé provoque depuis quelques semaines des réactions… épidermiques.

On parle bien ici de peau. Le sujet est tout aussi compliqué en entreprise: est-on autorisé à toucher un collaborateur? À priori non.

On se sert parfois les mains; on s’embrasse aussi. Mais que penser d’une main sur une épaule, sur un bras, sur la peau d’une autre main? Évidemment, il n’y a pas consentement. On imagine plutôt un geste spontané qui viserait à rassurer, encourager, consoler.

Tal Ben-Shahar

D’ailleurs, comme le rappelle Tal Ben-Shahar dans « Conversations avec mon coiffeur », un petit recueil chez Pocket, dans lequel il évoque les bienfaits physiques et psychologiques du toucher, « le massage, l’accolade ou la caresse provoque la libération dans le sang d’opioïdes agissant sur la douleur et favorisant l’apaisement. »

Pourquoi alors ne pas profiter de ce formidable raccourci qui surpasse probablement tous les mots que l’on aurait pu employer pour rassurer, encourager, consoler?

Peut-être parce que, avec ou sans polémique, les réactions suscitées par le toucher sont si fortes qu’elles dépassent la neutralité inhérente au fonctionnement de l’entreprise.

Gare aux débordements d’émotions!

Soirée de fin d’année et playlist collaborative : effet pschit ou waouh ?

Cette année, je me suis proposé pour animer aux platines la soirée de fin d’année d’Univers Poche, à partir d’une playlist composée avec l’ensemble des collaborateurs qui le souhaitaient.

De mon côté, c’était la réalisation d’un vieux rêve et, pour Univers Poche, une action de communication interne sympathique et innovante.

La constitution de la playlist.

Nous avons invité les collaborateurs à choisir une chanson qu’ils voulaient entendre à entrer sur un Excel partagé – il y a sûrement des méthodes plus modernes, mais celle-ci a semblé la plus immédiatement accessible.

Tout de suite, le choix des morceaux a généré des échanges, gentilles moqueries, enthousiasme, partage, blagues, bonne humeur. Une fois la playlist bouclée, nous avons passé une fin de journée à plusieurs, dans mon bureau, pour compléter avec les « indispensables »…

C’est ainsi que j’ai découvert ce tube qui met tout le monde d’accord  – du moins du côté féminin…

La préparation de la playlist

Énorme travail, mais j’ai adoré le faire, pour préparer les enchainements ; plus d’une dizaine d’heures pour faire coexister Kendrick Lamar avec Billy Paul, Johnny – hommage, forcément – et Mark Ronson.

Pour m’aider, j’avais pris des notes et des marques sur le logiciel (extraordianiare Virtual DJ)

L’installation

Préparation…

C’est là que les choses se compliquent et deviennent plutôt stressantes. Si vous vouliez, vous aussi, tenter l’aventure, assurez-vous d’être accompagné d’un pro de la technique. C’est Nova, la radio, qui organisait la soirée à la Maison Sage et alors là, bravo à l’équipe qui a été tellement sympa et pro ! Merci Théo 😉

Sauf que… J’ai dû changer en cours de route de version de logiciel et ce faisant, perdu toutes les marques posées sur les morceaux… L’heure de rab que j’avais prévue s’est révélée très utile.

La soirée

Eh bien ça y est, c’est parti, la soirée a commencé pour 4 h de mix. Et là, ça prend tout de suite, parce que les gens reconnaissent leurs chansons, parce qu’ils connaissent le DJ et veulent aussi lui faire plaisir, parce qu’il y en a pour tout le monde.

Parfois cela retombe un peu, certaines chansons sont moins dansantes, moins connues ou moins aimées, mais globalement, chacun est assez solidaire du « moment » que l’autre a choisi et le soutient en dansant même si ce n’est pas la musique qu’il aime.

De mon côté, j’ai adoré. J’avais prévu un déroulé que finalement je n’ai pas respecté pour répondre aux demandes de celles et ceux qui « voulaient entendre leur chanson avant de partir, alleeeez, please ! – Ok, la prochaine ».

Conclusion : Waouh !

Donc, au final, un bilan définitivement positif, que je conseille si vous avez le DJ sur place et surtout, avec l’aide d’une structure qui vous assure – et vous rassure -, le bon fonctionnement de la machine.

Comme un projet d’entreprise en somme.

Last night Brahms saved my life with a song

La musique adoucit les mœurs, mais certainement pas au bureau.

Bruyant, vous risquez d’importuner vos collègues en open space et impossible d’écouter de la musique au casque sans attirer des soupçons de dilettantisme.

Et puis il n’est pas dit que vous ayez les mêmes goûts que ceux qui vous entourent, ce qui ne manquera pas de les agacer. « Debussy ? Nicolas, t’es sérieux ? »

Il faudrait faire des « pauses musicales » comme on le fait avec un café et/ou une cigarette. Mais là encore, le casque isole et ne contribue pas à vous socialiser.

Même à l’heure du déjeuner. On accepte éventuellement que vous lisiez – et encore ! -, mais pas que vous vous coupiez du monde en couvrant vos oreilles. Dommage.

L’écoute de la musique est une activité – hors concert – définitivement solitaire.

Pourtant, la musique peut sauver des vies.

Après une longue crise dépressive, William Styron, l’auteur de Le choix de Sophie, rentre à New York pour se suicider.

Et puis il entend par hasard, à la radio, une amie interpréter la Rhapsodie pour  voix de contralto de Brahms, dont l’envolée mystique le tire littéralement vers la lumière. Il décide de se faire soigner.

Il en fera même un livre, Face aux Ténèbres, que l’auteur aurait pu intituler «La nuit dernière, Brahms m’a sauvé la vie avec cette chanson».

Il est temps de militer pour le droit à l’écoute de la musique au bureau, vous ne croyez pas ?